Free boobs ! Je ne porte pas de soutien gorge, bilan de plusieurs années | Shirley Chiche

Free boobs ! Je ne porte pas de soutien gorge, bilan de plusieurs années

Free boobs ! Je ne porte pas de soutien gorge, bilan de plusieurs années

Oh la la, mais parler de ses seins c'est chaud, non ? 

 

Je vais être claire avec vous : non, ce n'est pas que je n'ai aucune gêne ou que vous allez me voir courir nue les nuits de pleine lune (et pourquoi pas si je me sentais en sécurité absolue ?!), mais je ne supporte pas l'idée même d'un tabou. Que l'on soit embarrassé sur un sujet ne doit pas être cause de silence absolu.

Le tabou, c'est la terre fertile qui nourri l’obscurantisme.


Les règles menstruelles, les seins, le sexe féminin, la moitié de l'humanité vit avec. Alors parlons-en, avec bienveillance et naturel.

 

no bra je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine

 

Free boobs 

(à ne pas confondre avec un free hug ... personne ne va venir vous toucher les roploplos). C'est simplement le fait de laisser ses seins libres, cad sans soutien-gorge.

 

  • Les laisser prendre la forme qu'ils ont réellement. La forme initialement prévue par votre corps, même si elle n'est pas aussi tendance que la bonne pomme toute ronde.
  • Les laisser descendre jusqu'où ils veulent, parce que la gravité n'a toujours pas décidé de changer de sens. C'est injuste dans un monde qui voudrait qu'on puisse poser une tasse de thé dessus mais c'est ainsi. 
  • Les laisser respirer sainement. Oubliez le contact de la peau écrasée voire comprimée contre le tissu. Des tissus qui, soit-dit en passant, vont de la meilleure à la pire qualité. Combien de soutien-gorge en polyester dans votre tiroir ? Pour info : polyester = 70% du marché. 
  • Les laisser transpirer naturellement. Le sein humide dans sa coque épaisse (ou push up), voilà un super moyen d'assassiner les fibres de la peau et de la rendre toute molle à la fin de la journée ...
  • Les laisser suivre leur voie : tressauter un peu pendant la marche, ballotter lorsqu'on monte les escaliers ... Ils vont bouger naturellement.



Mais pour tout ça, il faut s'interroger sur le regard que l'on pose sur les seins en général et sa propre poitrine ensuite. Dans une génération où Facebook fait disparaître le moindre téton de son fil d'actu, ça en dit long sur la société dans laquelle nos boobs vivent.  

 

no bra je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine

 

La diversité : parce que c'est notre chooooix !

 

On a toutes le droit de trouver nos seins terriblement beaux dans ce joli petit balconnet. Sous le petit pull, la forme est divine ! Bien ronde, bien haute, appétissante comme un fruit ... 

On a toutes le droit de vouloir que nos seins ne fassent pas de vague, qu'ils restent bien sages dans leur écrin et n'attirent aucun regard concupiscent ou réflexion désagréable. Pas bouger, comme les seins de Barbie. 

On a toutes le droit de claquer un quart de salaire dans un ensemble "mamamilla ce soir c'est mon soir". Tellement bouillant que nos sens s'affolent des heures avant. 

 

On a le droit de faire ce que l'on veut. Point. C'est non négociable. 

 

On peut aussi trouver troublant et érotique la courbe délicate et naturelle d'un sein nu sous un tee shirt fluide. Même s'il tombe. 

On peut se ficher royalement des mouvements de sa poitrine, les trouver tout à fait naturels. Y a de la vie au balcon. Sans que cela ne donne le droit de nous traiter de petites cochonnes

On peut préférer respirer à fond sans se sentir cisailler dans le dos ou sous les seins quand on prend une grande inspiration. Se sentir soi-même complètement libre dans ses gestes et dans son corps. 

Une dernière pour la route (mais je suis certaine que la liste ne s'arrête pas ici), on peut aussi choisir de se sentir libérée du regard de la société, du désir de l'homme, des normes de beauté au profit de son bien-être. 

 

On peut même passer de l'une à l'autre sans aucun complexe !

 

no bra je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine

 

Intégrer de nouvelles données 

 

Une chose est sûre : nous sommes formatées par la culture de l'endroit où nous vivons. Et encore, je n'aborde pas le sujet du topless à la plage !

Comme pour beaucoup d'autres choses dans ma vie : je ne me suis pas posée de question ! Je l'ai mis à 12 ans parce que c'était la norme. 

 

Dérogez à la règle du téton caché et surprise, vous serez au centre d'un maximum de débats. Il y a quelques mois, j'assistais à une conversation féroce comme les femmes aussi savent le faire. En l'espace d'un instant, une maman qui venait chercher son enfant à l'école est devenue une femme légère, une aguicheuse, une irresponsableQu'elle soit juste en accord avec son corps n'a jamais été abordé. On avait vu ses tétons et ça, c'était impardonnable. 

 

Moi-même, je fais toujours en sorte que les miens soient cachés : je place un pull devant moi, je porte une écharpe, je remets un soutien-gorge ... Quoique plus j'avance sur le sujet, plus j'assume avec facilité. 

Ce n'est pas MA faute si le "bout qui pointe" dérange autant. Après tout, les hommes aussi en ont. Je ne connais pas de femmes qui deviennent lubriques parce que dans la rue elles tombent nez à nez avec eux ... 

 

A la base, cette excroissance maudite est là pour nous offrir un cadeau merveilleux : pouvoir nourrir son petit

Tant mieux si elle nourrie aussi les fantasmes des hommes comme des femmes. Amusez-vous ! Mais pourquoi vouloir y coller des étiquettes négatives ? Ah oui : le tabou. Encore lui. 

 

no bra je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine

 

Etre free boobs

 

L'instant glamour : 

Mes seins ont vraiment mal vécu les prises et pertes (et reprise) de poids, l'allaitement long, les soutien-gorges à coques ou ampliformes dans lesquels mes seins semblaient ramollir. La poitrine qui grattouille, la peau qui ne respire pas, l'humidité en fin de journée ... Bonjour macération ! 

Pour vous dresser le tableau : c'était pas beau. C'était même vraiment moche.  J'avais la peau des vieilles quand elles ont perdu leur élasticité : tu pinces, ça reste pincé (horreur). Le drame à 35 ans.

J'ai détesté ma poitrine ! J'ai compensé dans des soutifs de fou pour la rendre ronde, haute. J'ai effacé le téton sous des coques épaisses. Il ne fallait pas que ça bouge surtout, cette petite chose molle et fragile ! Lorsque je l'enlevais, le soir, pouf, atterrissage douloureux. 

Je ne vous fais pas rêver, hein ? 

 

Comme je travaillais à la maison, j'ai commencé par retirer ce "serre corps" ... pour le remettre le soir avant que mon ex mari ne rentre. Je ne voulais pas que ça se sache. Je sais, c'est étrange ... 

Plusieurs années plus tard, le mouvement Free boobs avait pris de l’ampleur sur les réseaux. Bon sang bien sûr, c'était normal, je n'étais pas la seule ! 

 

free boobs je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine

Julia Heffernan

 

Le passage 

 

J'ai pris l'habitude de vivre "no bra" la majorité du temps, sauf pour aller chercher ma fille à l'école ou sortir. Le tabou, la peur de l'agression ... 

 

Au début, lorsque je montais ou descendais les escaliers, je me tenais mes seins. Les mouvements brusques n'étaient pas agréables. J'ai commencé à me masser la poitrine avec un gel d'une marque assez connue. Puis, par hasard, j'ai testé le macérat de Bellis (pâquerettes) qui me faisait le même effet pour nettement moins cher et naturel (bio).

Le massage au macérat de Bellis : après la douche, je l'applique avec des mouvements amples et doux. 

 

no bra je ne porte pas de soutien gorge et j'ai une grosse poitrine macerat de bellis

 

Au bout que quelques mois, mon bonnet C a repris du poil de la bête ! Je marche et grimpe les escaliers sans problème. Ma peau a repris une bonne élasticité et je les trouve plus fermes. 

Je n'aurai plus jamais mes seins de jeunesse, la gravité gagnera toujours et allongée, ça dégringole joyeusement sur les côtés, mais les seins de vraie mémé ont foutu le camps.

 

Et puis, surtout, j'ai appris à les aimer comme ils sont. 

Parce que mes seins font partie de mon histoire personnelle, que je les honore pour services rendus

Je les aime aussi au naturel, sans avoir besoin de les déguiser ou de les transformer grâce à un soutien-gorge. Finalement, c'est lui qui déforme ce qu'ils sont. J'en mets comme je mettrai un bijou : pour me faire plaisir. 

Je me suis (presque) dégagée de la norme ou du regard extérieur. C'est un acte militant au sein d'une société qui devient folle avec son rapport aux seins et aux tétons, un acte en faveur de la diversité.

Un acte qui me fait du bien, à moi, dans mon corps. Plus rien n'entrave ma respiration, mes mouvements. Dernièrement, j'ai essayé un modèle parfaitement adapté à ma morphologie, mais je n'apprécie plus ses sangles, ses baleines ou pas, ses bretelles ... 

 

Note : je ne parlerai pas des différentes études qui apporteraient des preuves d'un redressement de 15% grâce aux muscles se remettent à fonctionner, ou encore des possibilités de diminuer le cancer du sein ou encore de la tension de la poitrine avant les règles (SPM). Pour l'heure ce ne sont que des ébauches intéressantes. 

 

Vous aussi ça vous titille ?


  • Remplacez au départ vos dessous par une brassière simple
  • Porter une brassière "cache tétons" quand vous sortez si vous ne vous sentez pas assez audacieuse. Ce n'est pas vous le problème, mais je comprends, j'ai la même crainte.
  • Massez votre poitrine avec de l'huile pour reprendre le contrôle, pour l'apprivoiser, pour la chouchouter (ou confiez ce soin la personne qui partage votre vie !)
  • Allez-y progressivement si vous avez une poitrine lourde
  • Un coup d'eau fraîche en dernier rinçage, sous la douche
  • Gardez les beaux dessous pour les soirées muy caliente
  • Gardez votre brassière pour le sport (sinon aie aie aie !)
  • Assumez, assumez, assumez !




Allé, toutes ensemble !

 

 

via GIPHY

 

 

 

Autres articles

Alexandra et le rêve américain
Alexandra et le rêve américain
Bienvenue sur le blog "interview des femmes qui osent" !   Voici une nouvelle opportunité d'apporter une graine d'es...
Lire plus
L'agenda 2021 Planner & Co, pratique et inspirant - Shirley Chiche
L'agenda 2021 Planner & Co, pratique et inspirant - Shirley Chiche
Je suis tellement heureuse et fière de vous présenter l'agenda 2021 francophone daté, simple et complet. Il est moder...
Lire plus
L'organisation d'une artisan créateur qui travaille à la maison
L'organisation d'une artisan créateur qui travaille à la maison
Apprendre à s'organiser lorsque l'on travaille à la maison. Apprendre à s'organiser lorsque l'on fait un travail créa...
Lire plus

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés