avis petit bambou, test petit bambou complet payant

Mon expérience de la pratique de méditation + avis Petit Bambou

Mon expérience de la pratique de méditation + avis Petit Bambou

La méditation guidée

 

Article non sponsorisé = avis libre

 

Je me suis intéressée à la pratique de la méditation lorsque j'étais jeune, attirée par le bouddhisme et Keannu Reeves dans "Little Bouddha". Toi, jeune fille des années 90, tu sais. 

 

Je voyais la méditation comme quelque chose de magique dont je ne comprenais ni la méthode, ni l'aboutissement.  J'étais persuadée qu'il fallait s'installer en position du lotus, ne pas faire un seul mouvement et prononcer tout du long un espèce de son "Ommmmm" avec la gorge. Pour compliquer l'histoire, sitôt les yeux fermés, des millions de pensées s’abattaient sur moi. J'en ai déduis que la méditation était affaire de sages orientaux ou de sorciers tribales et que la petite citadine marseillaise que j'étais n'était pas apte à méditer.

 

 

 

Après la lecture du roman autobiographique "Mange, prie, aime" d'Elizabeth Gilbert, j'ai voulu obtenir ma part de "réponse divine". Y a pas de raison ! Liz est plus occidentale que je ne le serais jamais, si elle y arrivait, pourquoi pas moi. Même si je n'ai jamais foutu un pied en Inde ou à Bali - pour ce qui est de Rome et des pizzas, c'est fait depuis longtemps. 

 

Je ne pourrais pas être très précise sur ce que je recherchais véritablement : le bien-être, le lien vers l'au-delà, une réponse en moi, le Graal, le calme pour éviter de manger du chocolat, l'expérience ... ? Peut-être un peu tout ça.  

 

J'ai sélectionné une séance guidée sur YouTube - un trip musical avec une requête à l'univers - et c'était parti. Comme je me suis allongée sur le lit, chose évidente, je me suis endormie. J'ai recommencé plusieurs fois par la suite, rebelote. Je sortais d'une séance toujours déçue parce que je n'avais aucune idée de ce qu'il fallait faire ni quel but il fallait obtenir. Un peu comme quand tu entends parler de l'orgasme mais que tu ne comprends pas comment l'attraper ni à quoi ça ressemble vraiment. 

 

 

 

  • Première expérience ... effroyable :

Au bout de quelques séances, j'arrivais enfin à repousser les idées qui affluaient mais immanquablement une jambe, un bras ou une joue me démangeait. Je devais sortir de mon état de "statue de pierre" pour me gratter. Que mon corps me mette des bâtons dans les roues m'agaçait. 

J'ai donc commencé une lutte contre lui : me retenir de bouger et "observer" la sensation de gratouillis sans y répondre. Un bon conseil : ne le fais pas. Ne lutte jamais contre ton corps. On n'est jamais plus malin que son corps. Enfin, c'est mon expérience, et je ne la souhaite à personne. Parce qu'après avoir résisté à plusieurs vagues de démangeaisons spontanées et refoulées, mon corps s'est complètement tétanisé.

Je devais contenir tellement fort mes muscles pour ne pas céder que j'ai été prise de spasmes d'une grande intensité. L'angoisse n'aidant pas, elle a démultiplié l'effet. Je sentais mes bras et mes jambes vibrer littéralement et ma poitrine se serrer et exploser par vagues. Me sortir de ce moment physiquement éprouvant a été un supplice et une heure après, j'en ressentais encore la douleur dans tout mon corps. 

Franchement, j'ai eu peur. Je me suis demandée si c'était normal, si j'avais connu un "débouchage de Chakras", si méditer dans une chambre qui a un vrai mur de roche avait influé sur l'énergie de la pièce (ma chambre est mi-troglodyte), si j'étais juste pas douée, et bien-sûr, si je devais recommencer ou non cette expérience. 

J'ai mis plus de deux mois avant d'oser méditer à nouveau. Et je ne le regrette pas ! 

 

 

  • Expérience de méditation guidée : Petit Bambou

 

J'ai téléchargé Petit Bambou.

Parait-il que c'est très "parisien", de télécharger Petit Bambou. On s'éloigne de la vraie pratique orientale, il n'y a pas de Om ou Vom. Seul le son d'un gong métallique qu'on frappe au début et à la fin d'une séance. Mais j'avais besoin d'être guidée "à l'occidental". Avec des mots, un sens de file et une histoire. 

Grâce à leur programme d’initiation gratuit, j'ai commencé à comprendre ce qu'il fallait faire, comment le faire et surtout, ne plus en attendre ou craindre une réponse mystique. 

 

 

 

Chaque matin, parfois même le soir, je partais me mettre en position tailleur sur mon lit et je méditais dans le calme et dans la sérénité. S'il fallait que je me gratte, je déplaçais lentement ma main et je plaçais mon attention sur les sensations. J'aime beaucoup les voix des différents programmes. A mi-chemin entre méditation traditionnelle et sophrologie, ce programme pour citadin occidental me convient parfaitement.

Avec le « Body Scan » je passe en revue chaque partie de mon corps, des orteils à la racine des cheveux. Je suis attentive à chaque douleur sourde pour pouvoir relâcher la tension de mes muscles, j'adapte un mauvais positionnement, j'apprécie une vibration particulière ... J'ai commencé à sentir et visualiser en même temps mon corps, son poids, sa forme, les endroits en contact avec le matelas. D'ailleurs à la fin de chaque séance, après m'être étirée, je me sens totalement délacée. 

 

Mais le plus spectaculaire, dans ma propre histoire, c'est combien ma respiration s'est ouverte. En observant mes inspirations et mes expirations, certains points de blocage ont diminué considérablement. Ma respiration ne s'arrête plus à mes poumons ou ma poitrine. Ma gorge serrée, mon plexus solaire bloqué et même mon utérus se sont dénoués. Je peux pousser l'air jusqu'à gonfler un ballon totalement imaginaire dans mes organes sexuels. Je ne savais même pas qu'il puisse être possible d'ouvrir par le haut cet endroit. 

Bref, je ne prenais pas le contrôle de mon corps, je collaborais avec lui. 

Et ça change tout.

 

 

 

 

 

Méditer permet de placer notre focus où nous le souhaitons. Cela peut-être sur les sons qui nous entourent, qui vont disparaître derrière l'observation du corps ou au contraire être considérablement amplifiés si nous y portons attention. Ou encore les odeurs qui flottent autour de nous, la lumière, la chaleur ...  

J'ai appris que je pouvais aussi méditer - ou plutôt être en conscience - en marchant ou en faisant la vaisselle. Observer les couleurs, le paysage, la mousse du savon, avec attention. Je ne ferme les yeux que si mon focal doit être diriger vers mon mental. 

 

 

 

 

 

  • Après le corps, le mental

 

Je ne sais pas si parler de mental est exact. Je me perds un peu entre mental, esprit, pensée et toute la partie abstraite de notre être. Mais je vois la méditation comme la fonction nettoyage / fragmentation du disque dur de mon ordinateur mental.

Elle me permet une connexion profonde avec mes vrais désirs et besoins

 

Je vous le dis de suite : vous allez penser.

C'est impossible pour quelqu'un d'humain de ne penser à rien, bien que j'ai remarqué qu'en bougeant mes yeux vers le coin en haut, à gauche, je crée une sorte de "brouilleur à pensées". Ne me demandez pas comment ni pourquoi, c'est une observation personnelle dont je ne trouve pas l'explication.  

 

En me plaçant à distance des émotions de l'instant, je suis simplement une spectatrice des pensées qui vont et viennent. Je respire simplement. J'apprends à les entendre sans les laisser m’empreigner. Je les visualise comme des bulles de savon à l'intérieur desquelles flotte une pensée, une fois que j'ai observé la bulle, je la repousse avec ma main imaginaire doucement. Et elle disparaît.

 

 

 

 

  •  Parfois les bulles sont trop nombreuses, alors je calme le brouhaha en les refusant toutes jusqu'à ce qu'elles se mettent en file indienne.
  • Parfois une pensée réussie à me capturer et m’entraîner avec elle ailleurs. Il peut se passer un bon moment avant que je m'en aperçoive ! Quand je m'en rends compte, je retourne à l'observation de mon souffle, sans m'en vouloir d'avoir été distraite.  

 

 

 

J'ai envie de dire que le but de tout ceci est de me connecter pleinement avec mon messager intérieur : mon coeur. J'observe sans juger mes émotions. Je suis la spectatrice attentive et bienveillante. C'est pour cette raison que je me suis abonnée à la version payante de Petit Bambou. Au passage : je n'ai pas de code promo à vous donner, ni aucun partenariat, je vous donne juste mon avis en tant qu'utilisatrice.

 

Ce que j'apprécie avec le programme complet de cette application, c'est le panel de propositions de méditations : mental, stress, lâcher prise, présence authentique, relations, peurs diverses, travail, inspiration, detox, santé, grossesse ... Il y en a pour tout le monde, même les enfants et les adolescents. Comme je le disais, nous sommes loin des méditations spirituelles bouddhistes, dans le silence et les sons sacrés. Mais cette approche permet de comprendre comment se comporte l'esprit et donne des outils pour, peut-être un jour, s'approcher plus encore du sacré. 

 

Le fait de suivre un chemin guidé sur un thème en particulier me permet de me connecter avec mon coeur. Je réponds avec spontanéité et  justesse aux questionnements abordés. Certaines réponses me surprennent moi-même, mais je n'ai aucun doute sur leur sincérité. Elles viennent de là, du coeur, de l'âme et sont des réponses absolues, non négociables sur leur vérité. Après, les suivre ou pas, c'est l'humain qui décide ;) 

 

Les différents guides que j'ai pu suivre sur Petit Bambou avaient tous un phrasé agréable, facile à suivre. J'apprécie la bienveillance qu'ils nous poussent à adopter envers nous-même, quelque soit notre niveau ou quelque soit la réussite ou l'échec de la séance. 

Chaque programme est une véritable leçon de vie. Certains ont métamorphosé ma façon de voir les choses, comme le programme "s'offrir du positif" ou encore "décisions et créativité". Il faut savoir que les sessions comprennent entre 10 et 22 séances, de mémoire, ce qui laisse le temps de bien s'immerger dans un sujet.  

 

 

 

 

  • Le problème de la régularité  

 

 Malgré les effets extrêmement positifs que la méditation a sur moi, je ne pratique pas de manière régulière. Entre sabotage personnel et besoin de revenir vers dans ma zone de confort, il peut se passer quelques semaines avant que je médite de nouveau. Vous connaissez le truc : vous SAVEZ que cela vous ferez du bien, mais vous ne le faites pas. Auto-sabotage conscient.  

Ceci dit, sachant que l'on paye l'application, on y revient plus facilement :P 

 

 Malgré tout, une fois franchi un certain nombre de séances - je dirais une trentaine à vue de nez - vous continuez d'être profondément impacté par la méditation. Vous connaissez le chemin. Le reste n'est qu'affaire humaine

 

Dans les moments où mon cerveau s'emballe mais pas assez pour faire une séance, j’enclenche 5 minutes de respiration en cohérence cardiaque. C'est magique !  

 

 

 

Et vous, quel est votre rapport à la méditation ?

 

A bientôt ! 

 

 

 

 

 

Autres articles

"Et si je me trompais de chemin ?" Cette question qui tue notre joie de vivre à petit feu
C'est la question que l'on se pose tous au moins une fois dans sa vie - quand on est chanceux.    Et si je me trompa...
Lire plus
Dites bonjour à votre futur (et garder le cap)
Dites bonjour à votre futur (et garder le cap)
. Dire bonjour au futur, c'est avant tout bien s'occuper de son présent.   C'est à la fois très utopique et pour...
Lire plus
Comment choisir ses couleurs ? Le sens et les effets des coloris
Comment choisir ses couleurs ? Le sens et les effets des coloris
Comment les couleurs influent sur notre humeur ? Et pourquoi il vous faut un portefeuille turquoise ;)    Notre perc...
Lire plus

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés